• gaw 2015 banner fr

200 millions d’enfants toujours privés du droit à la protection et l’éducation de la petite enfance

Les droits dès le départ. Un nouveau rapport publié aujourd’hui par la Campagne mondiale pour l’éducation.

La Campagne mondiale pour l’éducation (CME) vient de publier un nouveau rapport Les droits dès le départ, qui s’inscrit dans un mouvement destiné à mettre en lumière les conséquences désastreuses de la négligence de la protection et l’éducation de la petite enfance. Ce rapport a été rédigé pour la CME par M. Vernor Muñoz , ex-Rapporteur spécial de l’ONU sur le droit à l’éducation, avec des contributions du Professeur émérite M. Peter Moss de l’Université de Londres et de la directrice générale de l'UNESCO, Mme Irina Bokova. 

Le rapport Les droits dès le départ vise à mettre en évidence une vérité qui devrait être incontestée :  chaque personne a droit à la protection et l’éducation de la petite enfance dès sa naissance. Et pourtant, 200 millions d’enfants ne jouissent pas de ces droits aujourd’hui : à partir de l'examen des plans et budgets des gouvernements (incluant l'assistance des donateurs), le rapport montre que beaucoup d’entre eux ne donnent pas la priorité et certains n'incluent même pas la petite enfance dans leurs stratégies nationales et leurs politiques éducatives. 

A peine la moitié des pays examinés dans le Rapport mondial de suivi de l’UNESCO sur l’Education pour tous ont confirmé l'existence de programmes officiels destinés aux enfants de trois ans et moins, et beaucoup de ces programmes ne touchent qu'une minorité d'enfants. Les dépenses régionales en faveur de l’éducation préprimaire se situent en moyenne entre 0,5 % du PIB en Europe centrale et de l’Est et zéro en Asie du Sud et de l’Ouest et en Afrique subsaharienne.

La protection et l’éducation de la petite enfance constituent le premier objectif des six objectifs de l’Education pour tous approuvés par 164 pays à Dakar en 2000, et sont affirmées comme un droit à part entière par de nombreux traités internationaux et régionaux. Mais le rapport Les droits dès le départ montre clairement que cet objectif est loin d’être atteint.

La Campagne mondiale pour l’éducation appelle les gouvernements à prendre les mesures suivantes :

  • la PEPE pour tous les enfants, sans discrimination : les gouvernements doivent garantir la disponibilité des services de PEPE pour tous les enfants et prendre des mesures pour éliminer toutes les formes de discrimination et réduire les inégalités d’accès et de qualité de la PEPE.
  • Enseignants et programmes scolaires : les gouvernements doivent former et soutenir les enseignants de PEPE au même titre que les autres enseignants professionnels, et créer des programmes de PEPE englobant l’ensemble des besoins éducationnels, développementaux, nutritionnels, sanitaires et individuels des enfants, et incluant une composante de soutien parental.  
  • Des investissements accrus et une meilleure coordination de la protection et l’éducation de la petite enfance
    • Les gouvernements doivent adopter une politique de PEPE unique et cohérente, qui peut inclure l’action de différents ministres et organismes publics (éducation, santé…) mais doit être menée par un organisme clairement désigné comme chef de file.
    • Les gouvernements doivent veiller à réserver au moins 1 % du PIB aux dépenses des services de la petite enfance.
  • Les gouvernements donateurs doivent honorer leurs engagements et aider tous les pays à atteindre l’Education pour tous, en particulier l’objectif n° 1.

Il y a un milliard d’enfants de moins de 8 ans dans le monde, qui représentent plus de 10 % de la population mondiale. Continuer à négliger les droits de ces enfants – avec les répercussions que cela entraîne pour leurs autres droits, leurs chances et le développement de leur société – aurait un effet dévastateur.  La Campagne mondiale pour l’éducation exhorte les gouvernements à travers le monde à passer à l’action pour garantir ces droits aux enfants – dès le départ.

Vous pouvez télécharger le rapport ici :