• gaw 2015 banner fr

social fsocial Psocial tsocial yt

read our blog en 2

blog button

À propos de l'Éducation pour tous

« Toute personne a droit à l'éducation. L'éducation doit être gratuite, au moins en ce qui concerne l'enseignement élémentaire et fondamental. L'enseignement élémentaire est obligatoire. »

  Article 26, Déclaration universelle des droits de l'homme, 1948

Il y a plus de soixante ans, l'éducation a été déclarée droit humain fondamental pour toute personne, et entérinée dans la Déclaration universelle des droits de l'homme en 1948. Depuis lors, elle a été réaffirmée dans le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (1966), la Convention sur l'élimination des discriminations à l'égard des femmes (1979) et la Convention des droits de l'enfant (1989), entre autres instruments internationaux de défense des droits de l'homme.

En 1990, plus de 150 gouvernements ont adopté la  à Jomtien, en Thaïlande, pour encourager les efforts visant à assurer le droit à l'éducation. Dix ans plus tard, le Forum mondial de l'Éducation de Dakar au Sénégal a réaffirmé cet engagement et a adopté les six objectifs de l' (EPT) à atteindre d'ici 2015 :

Objectif 1 : Développer et améliorer tous les aspects de la protection et l’éducation de la petite enfance, et notamment des enfants les plus défavorisés et vulnérables.

Objectif 2 : Faire en sorte que d’ici 2015, tous les enfants, notamment les filles et les enfants en difficulté ou issus de minorités ethniques, aient la possibilité d’accéder à un enseignement primaire obligatoire, gratuit et de qualité.

Objectif 3 : Assurer les besoins d'apprentissage, des jeunes comme des adultes, au travers de l'accès équitable à des programmes de formation et d'apprentissage nécessaires à la vie courante.

Objectif 4 : Améliorer de 50 % le taux d’alphabétisation des adultes d’ici à 2015, et notamment des femmes, et assurer à tous les adultes un accès équitable aux programmes d'éducation de base et d'éducation permanente.

Objectif 5 : Éliminer les disparités entre les sexes dans l'enseignement primaire et secondaire d'ici à 2005 et obtenir l’égalité des sexes dans l’éducation d’ici à 2015, en veillant notamment à assurer aux filles un accès équitable et sans restriction à une éducation de base de qualité avec les mêmes chances de réussite.

Objectif 6 : Améliorer sous tous ses aspects la qualité de l'éducation dans un souci d'excellence de façon à obtenir pour tous des résultats d'apprentissage reconnus et quantifiables, notamment en ce qui concerne la lecture, l'écriture et le calcul et les compétences essentielles de la vie courante.

180 pays ont signé pour s'engager à atteindre ces objectifs, en mettant en place des cadres juridiques, des politiques et un financement adéquats pour que chacun, quelle que soit sa situation, puisse avoir une éducation disponible, accessible, acceptable et adaptable. Les pays les plus riches ont promis de faire de l'Éducation Pour Tous une réalité, en s'engageant aux principes de coopération internationale à l'égard des pays qui disposent de moins de ressources financières.

L'engagement à l'égard du droit à l'éducation est également reflété dans les , définis en 2000 avec une date butoir fixée à 2015. Il y a huit Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), dont deux sont consacrés à l'éducation :

Assurer que tous les enfants, garçons et filles, puissent bénéficier d'un cycle complet d'études primaires d'ici 2015

Éliminer les disparités entre les sexes dans l'éducation primaire d'ici 2005 et à tous les niveaux de l'éducation d'ici 2015

Les progrès sont lents et pénibles. Dans la période qui a suivi la définition des OMD et des six objectifs de l'EPT, les gouvernements ont fait des investissements en vue d'atteindre ces objectifs. Les budgets de l'éducation, à l'étranger et au niveau national, ont augmenté, ce qui a permis l'abolition des frais de scolarité pour l'école primaire dans plusieurs pays et l'élaboration de meilleurs plans d'éducation nationaux. Cependant, alors que nous approchons de l'échéance de 2015, les progrès ont ralenti.

  • Malgré une moyenne de 8,9 % du budget national consacré à l'éducation dans les pays à faibles revenus, plus de 10 % en Afrique subsaharienne, les états restent à la traîne.
  • Les inscriptions dans les écoles primaires ont peut-être augmenté depuis 2000, mais le phénomène a ralenti vers la fin de la période 2000-2010 ; pire, les taux d'achèvement restent faibles, avec 10 millions d'enfants qui quittent l'école primaire chaque année en Afrique subsaharienne seulement.
  • Des millions d'enfants qui suivent le cycle complet d'études primaires le font avec des niveaux de lecture, d'écriture et de calcul inférieurs aux prévisions, en raison de la mauvaise qualité de l'éducation dont ils bénéficient à l'école, où les ratios élèves/enseignant peuvent aller jusqu'à 100 pour 1 dans les régions les plus pauvres.
  • Les femmes et les filles restent très désavantagées : bien que la parité des genres dans le cadre des inscriptions à l'école primaire soit du domaine du possible, les filles restent moins susceptibles d'accéder à l'éducation secondaire (dans la grande majorité des pays africains, cette proportion est inférieure à 50 %) et les femmes représentent près de deux tiers des 796 millions d'adultes sans compétences de base.
  • 1,8 millions d'enseignants en plus sont nécessaires pour réaliser l'éducation primaire universelle d'ici 2015, dont 1 million en Afrique subsaharienne.

La Campagne mondiale pour l'Éducation intensifie la pression exercée sur les États pour qu'ils fassent des efforts significatifs pour réaliser ces objectifs pour les millions d'adultes et d'enfants qui sont privés de leur droit à l'éducation.