• gaw 2015 banner fr

social fsocial Psocial tsocial yt

read our blog en 2

blog button

Notre Conseil d'administration

La Campagne mondiale pour l'éducation est une organisation de membres, gouvernée par ses membres via l'Assemblée générale (qui se tient tous les trois ans) et un conseil d'administration élu.

Le conseil d'administration représente nos circonscriptions : deux représentants de l'Internationale de l'Éducation, deux de la Marche mondiale contre le travail des enfants et deux d'organisations non gouvernementales internationales ; les différentes régions sont représentées par deux sièges chacune pour l'Afrique, l'Asie et l'Amérique latine, avec un représentant pour le Moyen-Orient et l'Europe/l'Amérique du nord. Le président, le vice-président, le directeur et le directeur adjoint sont élus par le conseil d'administration.

 

Présidente :

camilla boardCamilla Croso

Camilla Croso est brésilienne et coordinatrice de la , un réseau qui représente 15 forums nationaux de l'éducation, 8 réseaux régionaux d'Amérique latine et 5 ONG internationales solidement implantées dans la région. CLADE cherche à influencer les décisions politiques à l’échelon régional et national ainsi que sur le plan international.

Diplômée de l’université de São Paulo en 1994, Camilla a obtenu un Master en Politique sociale et Planification dans les pays en voie de développement à la London School of Economics en 1998. 


Entre 2003 et 2007, elle a coordonné le programme de surveillance de l’éducation d’Ação Educativa, une importante ONG brésilienne qui se consacre aux recherches et au suivi des politiques éducatives publiques, en s’efforçant de renforcer le pouvoir de la société civile dans le débat et les décisions touchant à l’éducation. Entre 1999 et 2003, elle a été la première coordinatrice de la Campagne nationale brésilienne pour le droit à l'éducation.

Entre 1994 et 1997, Camilla a travaillé au bureau régional d’Amérique latine de la Fondation Kellogg. Elle a également été consultante de plusieurs organisations, notamment la Communauté européenne, et est l'auteur d'une série d'articles et d'ouvrages du domaine de l'éducation et des droits, dont le plus récent s'intitule L'égalité des relations ethniques dans les écoles (2007).

Camilla a assisté en 2000 au Forum mondial de l'éducation à Dakar, et a fait partie - en qualité de représentante de la société civile - du comité de rédaction qui a élaboré le texte du Cadre d'action de Dakar.

Camilla, qui représentait précédemment la Campagne nationale pour le droit à l'éducation du Brésil auprès du conseil d'administration de la CME, a été élue en janvier 2008 pour représenter la Campagne d'Amérique latine pour le droit à l'éducation.

Directrice :

monique boardMonique Fouilhoux

Monique Fouilhoux est secrétaire générale adjointe de l'.

Elle vit en France, où elle est née et a fait ses études. Elle est titulaire d'une licence et d'une maîtrise en droit de l'Université de Clermont-Ferrand en France.

Elle a commencé sa carrière en tant que fonctionnaire au ministère de l'Intérieur avant de rejoindre en 1973 l'Université de Clermont-Ferrand pour la création du Département de la formation continue et des adultes.

Engagée dans le mouvement syndical, elle fut élue secrétaire générale adjointe du SNPTES, puis en 1987, secrétaire nationale de la Fédération de l'Education Nationale, la FEN - aujourd'hui UNSA-Education.

Monique Fouilhoux participe à l'Internationale de l'Éducation (IE) depuis sa création en 1993. Elle travaille avec les membres de l'IE, des agences intergouvernementales et des organisations non gouvernementales dans divers domaines, notamment l'éducation supérieure et la recherche, ou l'impact de l'AGCS et des accords commerciaux sur l'éducation. Elle est très engagée sur des sujets concernant les universitaires et les chercheurs, tels que les conditions de travail, les possibilités de carrière, la liberté académique ou la mobilité. Par ailleurs, Monique est aussi secrétaire du Comité permanent sur l'enseignement supérieur et la recherche (HERSC) et modératrice du réseau en ligne ETUCE sur l’enseignement supérieur et la recherche.

  • Membre élue du Comité français pour l’enseignement supérieur et la recherche (1989-1994)
  • Membre du conseil administratif du CNRS (1989-1990)
  • Membre du Conseil français pour la recherche et la technologie (1989-1990)
  • En tant que représentante de l’IE à l’UNESCO, elle fut membre du Comité de liaison des ONG et présidente de la Conférence internationale des ONG de l’UNESCO entre 1998 et 2003.
  • Membre du Comité de l’UNESCO chargé du suivi de la Conférence de 1998 sur l’enseignement supérieur
  • Membre du Comité éditorial du Rapport mondial de suivi de l'Éducation pour tous depuis 2004
  • Membre du groupe de suivi de Bologne depuis 2005

Vice-présidente :

jen boardJennifer Chiwela

Cela fait 42 ans que Jennifer Chiwela œuvre dans le secteur de l’éducation. Au travers de sa vaste expérience professionnelle dans le domaine du développement, depuis l'action dans les villages jusqu'à l'échelon international, elle a appris à comprendre et apprécier profondément ce que signifie l'éducation en tant que droit humain fondamental. Jennifer est zambienne et préside le .

Elle est aussi co-fondatrice du , une ONG indigène qui contribue au renforcement des capacités des communautés rurales par le biais de l'éducation formelle et non formelle. Par son implication dans les activités du programme de l’organisation, Mme Chivela a activement participé à l'initiative de l'Éducation pour tous – et à contribué, aux côtés d'autres ONG, au processus national d'évaluation en 1999. Elle a également participé à la Consultation internationale des ONG/OSC et au Forum mondial de l'éducation à Dakar, au Sénégal. Auparavant, elle travaillait pour le gouvernement zambien en qualité de présidente de la Commission du service des enseignants de Zambie.

Cela fait 42 ans que Jennifer Chiwela œuvre dans le secteur de l’éducation. Au travers de sa vaste expérience professionnelle dans le domaine du développement, depuis l’action dans les villages jusqu’à l’échelon international, elle a appris à comprendre et apprécier profondément ce que signifie l’éducation en tant que droit humain fondamental.

Directrice adjointe :

maria boardMaria Khan

Maria Khan est secrétaire générale de l' depuis 1995. L'ASPBAE a contribué au débat pendant le Forum mondial de l'éducation de Dakar en 2000 en plaidant pour inclure l'alphabétisation des adultes dans l'agenda de Dakar.

Maria, qui vit aujourd'hui en Inde, est née et a grandi aux Philippines. Elle a étudié l’administration des entreprises à l’Université des Philippines et a participé au mouvement des étudiants activistes sous le règne de Marcos. Elle s’est fortement engagée dans le mouvement de lutte contre la dictature avant de se lancer dans le développement rural et de passer un Master de Développement Rural à l’université d’East Anglia. C'est en travaillant dans ce domaine qu'elle a réalisé l'importance de l'éducation dans la lutte pour la participation citoyenne et la transformation sociale.

Maria Khan est devenue une experte en plaidoyer et en création de coalition après avoir travaillé avec une grande variété de réseaux et d'organisations communautaires sur le terrain. Elle a mené le travail de recherche et de documentation de l’ASPBAE, et a encouragé l’émergence d’une génération d’intellectuels issus du terrain pour combler un vide dans l’univers des chercheurs qui travaillent sur l’éducation des adultes, lesquels sont pour la plupart issus des pays du Nord.

Membres du Conseil d'administration :

bright boardBright Appiah

Bright Appiah est ghanéen, et dirige une ONG œuvrant au Ghana depuis 1997, Child Rights International, dont il est le directeur exécutif ; il est aussi président exécutif de la . Bright croit au principe de donner à chaque enfant la possibilité de réaliser tout son potentiel pour créer une société juste et équitable. Il faut pour cela aider ceux qui en ont le plus besoin afin de construire une société équilibrée où les difficultés sont partagées et les problèmes résolus ensemble. 

Principaux succès de GNECC :

  • Un réseau de plus de 300 OSC, associations professionnelles, établissements éducatifs/de recherche.
  • Adoption de la Loi de 2008 sur l'éducation (2008)
  • Adoption de la politique de l’éducation de base avec la mise en place des « Capitation Grants » (NDT : subventions de l’État destinées à payer directement aux établissements les frais de scolarité relevant des parents) - (2005)
  • Distribution de primes de motivation aux enseignants (2006)
  • Politique de gratuité des uniformes et des manuels scolaires (2009)
  • Augmentation des « Capitation Grant » de  3 à 4,5 GHC (2009)
  • 20 % d’indemnités pour les enseignants en zone rurale (2009)
  • Politique de mise en place d’installations scolaires favorisant la parité dans le Plan stratégique de l’éducation 2010-2020
  • Participation à différents échelons au nouveau Plan stratégique de l’éducation 2010-2020 et aux processus accompagnant la candidature du Ghana au fonds de l’Initiative FTI en 2011


david boardDavid Archer

David Archer est responsable du développement de programmes pour . Dans les années 1980, il travaillait en Amérique latine sur des programmes d’alphabétisation inspirés par Paulo Freire. Dans les années 1990, il a participé au développement de l’approche Reflect pour l’apprentissage des adultes, et à coécrit  et . Il poursuit son plaidoyer pour l’alphabétisation des adultes, notamment par l’élaboration d’une base référentielle internationale sur l’alphabétisation des adultes intitulée : 

Aujourd’hui, David s’occupe du soutien aux coalitions et campagnes sur le droit à l’éducation en Afrique, en Asie et en Amérique latine. Il s’est particulièrement élevé au cours des trois dernières années contre le rôle préoccupant du FMI dans la limitation des dépenses pour l’éducation, spécialement celles allouées aux enseignants, et a participé à plusieurs publications de la CME et d’ActionAid : Contradicting Commitments (Des engagements contradictoires, 2005), Cancelling the Caps (Eliminer les plafonnements, 2006) et Confronting the Contradictions (Affronter les contradictions, 2007). En 2006, il a participé à un comité externe d’experts chargé de passer en revue les 14 milliards USD d’investissements consacrés à l’éducation par la Banque mondiale depuis 1990. Il fait maintenant partie d’un conseil international d’experts qui supervise l’évaluation de l’Initiative Fast Track de l’EPT. Il codirige le  et gère le . Son dernier ouvrage s’intitule ‘The Politics of Prevention: A Global Crisis in AIDS and Education’ (Politiques de prévention : la crise mondiale du SIDA et de l’éducation, Pluto Press 2008). David vit à Londres.


rashida boardRasheda Choudhury

Rasheda est directrice exécutive de , un réseau regroupant plus d’un millier d’ONG et de groupes de défense de l’éducation au Bangladesh. CAMPE est réputé pour sa capacité à mobiliser des millions de personnes, surtout au niveau local, et le démontre chaque année pendant la SMA.

Membre secrétaire d’Education Watch, la plus vaste initiative de la société civile académique qui surveille régulièrement la situation de l’EPT au Bangladesh. Elle est largement reconnue, à l’intérieur et à l’extérieur des frontières du Bangladesh et a inspiré d’autres initiatives de surveillance, avec l’aide de la CME et en coopération avec l’ASPBAE et ANCEFA dans d’autres pays des régions Asie-Pacifique et Afrique.

Membre du Conseil d'administration fondateur de la CME. Membre fondatrice de GCAP et actuellement présidente de PFM, la coalition partenaire de GCAP au Bangladesh. Conseillère (auprès du cabinet ministériel) dans le gouvernement du Bangladesh en 2008. Dans cette fonction, elle a participé à des décisions de haut niveau, notamment aux ministères de l'Enseignement Primaire et de l'Éducation de Masse, de la Culture, des Femmes et de l'Enfance. Publie régulièrement des articles dans la presse nationale et participe à des débats d'envergure nationale et internationale sur des thèmes relatifs au développement, et notamment du droit à l'éducation et de la justice de genre.

alberto boardAlberto Croce

Alberto représente la . Il a fondé et préside la Fondation SES (en Argentine). C’est également un éducateur et un enseignant apprécié. Il représente les organisations sociales et éducatives au Conseil des politiques éducatives du ministère de l’Education, et au Conseil national de coordination du Programme national de l’éducation inclusive.

Alberto est aussi fondateur et membre de la Plateforme éducative des organisations sociales pour le Marché commun du Sud (MERCOSUR).

Les programmes de la Fondation SES sont destinés à promouvoir les droits des jeunes.
Alberto a été nommé comme représentant des organisations sociales auprès du Conseil ibéro-américain des objectifs de 2021.

Il est membre du Comité directeur et coordinateur de la Commission internationale de financement pour le développement du réseau Latindadd, et représente ce réseau dans la Commission de l'UNESCO sur l'annulation de la dette pour l'investissement social.

helle boardHelle Gudmandsen

Composée de 33 organisations différentes, la coalition danoise existe depuis 2000 et est devenue membre de la CME en 2009. Elle joue un rôle essentiel dans le débat sur l’EPT au Danemark et dispose d’une base solide pour appuyer son plaidoyer sur l’éducation. Elle emploie un coordinateur à temps partiel et son bureau est hébergé par l'organisation membre  (une ONG internationale œuvrant en Afrique et en Amérique latine).


Helle Gudmandsen est coordinatrice de campagne pour IBIS et chargée de la Semaine mondiale d'action (SMA) au Danemark. IBIS est un membre international de la CME depuis près de 10 ans et organise la campagne au Danemark. Cette campagne touche la moitié des écoles danoises, c’est-à-dire 200 000 élèves et 10 000 enseignants. Elle est connue et respectée par les autorités danoises. Agée de 48 ans, Helga a été enseignante puis principale adjointe au Danemark. En 2000, elle s'est engagée dans un  programme éducatif de l'UNESCO intitulé « Breaking the Silence » ; de 2002 à 2007, elle a travaillé en Afrique du Sud pour IBIS, chargée de soutenir le développement d'un nouveau programme scolaire au ministère de l'Education. Depuis 2008 elle coordonne la SMA, a réalisé des matériels pédagogiques relatifs à la campagne et a contribué au programme d'éducation d'IBIS au Ghana.

elie boardElie Jouen

Elie Jouen est membre du Conseil d'administration de la . Avant de prendre récemment sa retraite, il était également secrétaire général adjoint à l’Internationale de l’Education. Elie Jouen vit en France.

Il a fait ses études à l'Ecole Normale de Rouen et à l'Institut des Etudes Politiques de Paris, en France. Il a pris très tôt des responsabilités syndicales au niveau départemental et national, et est devenue en 1978 secrétaire national de la FEN, le syndicat français de l'éducation, aujourd'hui UNSA-Education.

En 1980, il est devenu assistant du secrétaire général de l'ITSE (International Trade Secretariat of Education), puis secrétaire général adjoint. A la création de l’Internationale de l’Education (1993), il en est devenu le secrétaire général adjoint. C'est dans ce cadre qu'Elie a organisé et supervisé un grand nombre d'activités de l'IE en Afrique, Amérique latine, Asie, Europe Centrale et de l'Est, notamment dans les secteurs de l'éducation et de la coopération au développement.

Il entretient d'étroites relations avec beaucoup d'organisations intergouvernementales, dont la Banque mondiale, l'OIT, l'OMC, l'OCDE et l'UNESCO.


Assibassibi boardi Napoe

Assibi Napoe est la coordinatrice régionale en chef du . Membre de longue date du Conseil d’administration de la Campagne mondiale pour l’éducation, elle a été élue au poste de directrice du conseil d’administration en janvier 2008. Elle vit et travaille au Togo.

 


refaat boardRefaat Sabbah

Refaat est directeur du  en Palestine, et préside le  ainsi que la nouvelle Coalition arabe pour l'Éducation pour tous (ACEA).

 


imad boardImad Sabi

Basé au service des Programmes mondiaux d' aux Pays-Bas, Imad Sabi représente les ONG internationales au sein du Conseil d'administration de la CME, au nom d'Oxfam International. Son rôle à Oxfam Novib l’amène à collaborer avec un réseau étendu d’acteurs de la société civile à travers le monde. Auparavant, il avait travaillé dans le secteur des urgences, avec des responsabilités en Afrique et au Moyen-Orient ; ses missions l’ont mené aussi en Asie centrale où il a travaillé comme consultant.

En matière d’éducation, il connaît parfaitement l’éducation dans les situations d’urgences et post-conflit, et a œuvré pour la promotion de la lecture auprès des jeunes.

Imad est titulaire d’une maîtrise en Stratégies de développement de l’Institut des Etudes sociales de La Haye, et prépare actuellement un doctorat de Sciences politiques.


kail boardKailash Satyarthi

Né 1954 à Vidisha, en Inde, Kailash a œuvré en faveur des étudiants défavorisés depuis son plus jeune âge. Il a fondé la , le  (Mouvement de sauvegarde de l'enfance), la Coalition d'Asie du Sud contre la servitude des enfants (SACCS), ainsi que le premier label social pour ls entreprises qui n'exploitent pas le travail des enfants, RUMKARK.

Kailash a mis plusieurs fois sa vie en péril pendant des missions ou des opérations de sauvetage. Avec ses collègues du BBA, il a libéré 76 129 enfants travailleurs ou astreints au travail forcé qu’il a contribué à réinsérer, et a ouvert l’accès à l’éducation à des dizaines de milliers d’enfants. Kailash a été récompensé par plusieurs prix internationaux : le Prix international de la paix (Allemagne, 1994), le Prix des droits de l’homme Robert F Kennedy (USA, 1995), le Trumpeter Award (1995), le Golden Flag Award, (Hollande, 1998), le Hospitalet Award (Espagne,1999), le Prix des droits de l’homme Raoul Wallenberg (USA, 2002), le Freedom Award (USA, 2006), la récompense du département d’Etat américain pour les « Héros agissant pour mettre fin à l’esclavage moderne » (2007) et la médaille du Sénat italien (2007).