• gaw 2015 banner fr

Revendications de la campagne

La CME estime que le droit des personnes handicapées peut enregistrer des avancées considérables si les gouvernements nationaux acceptent d'appliquer les sept stratégies suivantes :

  • Créer des cadres législatifs appropriés, et présenter d'ambitieux plans nationaux en faveur de l'inclusion
  • Fournir les capacités, les ressources et l'encadrement nécessaires à la mise en œuvre de plans nationaux ambitieux en faveur de l'inclusion
  • Perfectionner les données pour renforcer la responsabilisation
  • Construire des écoles et des salles de classe accessibles et adaptées à tous
  • S'assurer que le nombre d'enseignants formés est suffisant pour tous
  • Combattre les attitudes qui renforcent et prolongent les discriminations
  • Créer un environnement favorable à l'éducation inclusive, avec des interventions intersectorielles
  • Ces stratégies doivent être soutenues par les donateurs bilatéraux et la communauté internationale au travers de la coopération au développement.

Recommandations à l'intention des donateurs bilatéraux

  • Honorer leur engagement de longue date à allouer 0,7 % de leur PNB à l'aide et à consacrer au moins 10 % des budgets d'aide à l'éducation de base, en particulier pour soutenir les plans des pays les plus pauvres.
  • Contrôler que l'aide en faveur de l'éducation inclusive ou de la réduction de l'exclusion des enfants handicapés est proportionnelle aux besoins et aux carences actuelles dans l'optique de la réalisation des objectifs de l'EPT et des OMD.
  • S'assurer que l'aide participe au déploiement de plans nationaux au lieu de multiplier les initiatives fragmentaires à petite échelle en faveur de l'éducation inclusive, et respecte les principes internationaux d'efficacité de l'aide.
  • Veiller à ce que l'aide au développement consacrée à des programmes, plans et politiques du secteur de l'éducation prenne en compte l'éducation inclusive, et à ce que le personnel des organismes donateurs dispose des capacités requises pour appuyer cette orientation.
  • Renforcer les capacités des gouvernements partenaires à agir en faveur de l'inclusion au travers des processus de planification, de mise en œuvre, de suivi et d'évaluation.
  • S'assurer que tous les programmes d’éducation prennent en compte les apprenants en situation de handicap, avec une attention particulière pour les plus marginalisés ou ceux qui souffrent de plusieurs désavantages, par exemple les filles ou les enfants présentant un handicap physique ou des difficultés d'apprentissage graves.
  • Aider les gouvernements partenaires à coordonner efficacement les différents ministères concernés, et à collaborer avec la société civile ou d'autres partenaires au développement dans le cadre des GLE et d'autres réunions de planification politique au niveau national.

Recommandations à la communauté internationale

  • Définir des objectifs mondiaux clairs et mesurables pour l'éducation inclusive et le handicap dans l'agenda de l'après-2015, en s'assurant que l'éducation inclusive y est explicitement mentionnée.
  • Mettre la priorité sur le développement d'un système fiable de collecte de données sur l'éducation et le handicap (organisé en fonction du type de handicap et de soutien requis) afin de mieux suivre et surveiller les progrès en direction des objectifs de l'après-2015.
  • Le Partenariat mondial pour l’éducation (GPE) doit prendre la tête du mouvement en faveur de l'éducation inclusive des enfants handicapés. Le GPE pourrait apporter l'expertise requise au sein des équipes pays, élaborer des lignes directrices en vue renforcer l'inclusion, y compris des directives pour l'amélioration de la collecte des données, et contribuer à populariser les concepts de l'éducation inclusive dans les processus d'évaluation.
  • Le GPE doit aussi inciter les groupes locaux d’éducation (GLE) à accueillir en leur sein les organisations et les associations représentant les personnes handicapées.