Célébrons le DROIT DE SAVOIR où en est l’éducation !

Ce blog a été publié pour la première fois sur le site web du GPE

La Journée internationale des Droits de l’homme est célébrée chaque année le 10 décembre – en commémoration du jour où l’Assemblée générale des Nations unies a adopté, en 1948, la Déclaration universelle des Droits de l’homme.

Cette année, les coalitions de l’éducation du monde arabe ont célébré cette occasion avec encore plus d’enthousiasme compte tenu de l’élection de Refat Sabbah, le Secrétaire général de la Campagne pour l’éducation pour tous dans les États arabes (ACEA), au poste de Président de la Campagne mondiale pour l’éducation (CME).

 

Suite à l’Assemblée mondiale de la CME, qui s’est tenue à Katmandou, au Népal, du 13 au 18 novembre, sur le thème de la « Transformation des systèmes éducatifs publics pour l’égalité, l’inclusion et la justice », les coalitions du monde arabe nourrissent de grands espoirs pour l’année 2019.

De nombreuses raisons justifient cette célébration, bien que d’énormes défis demeurent. Au cours de leur réunion de planification stratégique, qui s’est également tenue au Népal, les coalitions arabes ont en effet convenu de la nécessité d’une approche « transformative » renforcée du plaidoyer.

Elles ont ainsi discuté de la façon dont elles pouvaient collectivement traiter des défis croissants auxquels elles sont confrontées, tel qu’un champ d’action de la société civile de plus en plus réduit, des budgets intérieurs de l’éducation en baisse, et, bien sûr, l’intensification de conflits généralisés dans la région.

Un mécanisme essentiel pour renforcer le plaidoyer

Le plaidoyer et l’impact de l’ACEA pourraient être renforcés par un mécanisme clé, l’utilisation de plateformes et outils internationaux de plaidoyer existants tels que la Revue nationale volontaire (Voluntary National Review – VNR), dans laquelle les organisations membres peuvent agir en présentant leur propre évaluation de la situation de l’éducation dans leur pays.

À cette fin, l’ACEA soutient ses coalitions pour s’engager activement dans ce processus. La Coalition tunisienne de l’éducation récemment créée dirige ces travaux en organisant le premier événement de renforcement des capacités pour les coalitions de l’éducation du monde arabe engagées dans le processus de VNR.  

La coalition tunisienne prévoit également de préparer un contre-rapport sur l’ODD 4 et assistera à la présentation de la VNR, qui se tiendra à New York en 2019. Une campagne médiatique à grande échelle sensibilisera le public sur la situation de l’éducation en Tunisie.

« Demandons à l’État »

 

À l’occasion de la Journée internationale des Droits de l’homme, la Coalition de l’éducation palestinienne a lancé une campagne intitulée « Demandons à l’État » axée sur la responsabilité sociale envers l’éducation. Celle-ci encourage le grand public, notamment les parents et les élèves, à demander davantage d’informations sur la situation de l’éducation au niveau local et à mettre l’État devant ses responsabilités pour l’ODD 4.

Les activités de la campagne couvriront de nombreuses villes et zones rurales palestiniennes. Une plateforme en ligne a été conçue pour permettre à la population à questionner le gouvernement sur les services et le budget de l’éducation. La campagne s’achèvera par un événement public au cours duquel le gouvernement répondra aux questions du public.

L’ACEA œuvrera tout au long de l’année 2019 à obtenir un renouvellement de l’engagement politique envers l’ODD 4, occasion de veiller à une solide cohérence entre la politique éducative et le droit à l’éducation. Le plaidoyer des coalitions du monde arabe exigera la cohérence entre l’action immédiate et durable et l’investissement financier, en particulier dans les pays touchés par un conflit.

Dans ce processus, il s’agit pour chacun de se joindre au mouvement, en particulier le grand public. La population doit d’abord SAVOIR pour mettre ensuite son gouvernement devant ses responsabilités.

Les coalitions de l’éducation de la région sont unies autour d’un consensus selon lequel l’approche basée sur les droits est la meilleure façon d’espérer réaliser l’ODD 4 et de tenir les engagements des États en matière d’éducation.

Auteur :  Sawsan AL Refaei

 



Laisser un commentaire