Mon expérience à la 6e Assemblée mondiale de la CME : Une étape décisive pour l’inclusion

Je n’oublierai jamais ce jeudi après-midi, lorsque j’ai reçu un texto de Mme Kelemwa Haile, la directrice de la RSDA où j’avais travaillé, m’avertissant d’un avis urgent invitant de jeunes leaders, y compris les personnes handicapées, à assister à une conférence internationale axée sur les jeunes et l’éducation. En tant qu’éducateur passionné, j’ai immédiatement rempli et envoyé les formulaires requis. Après des semaines d’attente, j’ai reçu la bonne nouvelle que j’avais l’immense privilège d’assister au Caucus des jeunes de la Campagne mondiale pour l’éducation (CME) à Katmandou, au Népal. Dans les jours qui ont suivi, j’ai rencontré la représentante deLight for the World, Nafisa Baboo, pour discuter plus en détail de mon expérience dans l’éducation inclusive et l’éducation pour les sourds en général. À la fin de notre conversation captivante, j’étais prêt à voyager pour ma toute première conférence internationale avec mon interprète en langue des signes, Dr Eyasu Hailu.

Rencontrer d’autres jeunes délégués

Le premier jour du Caucus des jeunes, j’ai été ravi de constater que je faisais partie d’un groupe de 39 représentants des jeunes présents à la conférence. En effet, des représentants de plus de 100 countries du monde entier ont assisté à l’Assemblée mondiale de la CME. L’ouverture du Caucus des jeunes est certainement un moment inoubliable, car nous avons été accueillis par une danse traditionnelle d’un groupe d’écoliers. Nous avons été très bien reçus au Népal, un pays fascinant sur le plan culturel et spirituel.

 

Afin de bénéficier au mieux de mon expérience au Népal, j’ai noué des contacts avec des délégués d’autres pays et j’ai aussi fait la connaissance de M. Ismart, un autre délégué sourd et de son interprète en langue des signes, Mme Debashu. J’étais heureux de communiquer avec une autre personne sourde d’un autre pays, bien que notre première rencontre n’ait pas été facile car ma langue des signes était difficile à comprendre. Mais, grâce à nos interprètes, nous sommes parvenus à trouver un moyen de nous comprendre. Dans les jours qui ont suivi, nous nous sommes exprimés dans notre propre langue des signes et nous avons beaucoup appris sur les cultures et les expériences de nos pays respectifs.

J’ai saisi l’opportunité de poser de nombreuses questions aux intervenants lors des réunions, ces questions m’ont ouvert l’esprit sur beaucoup de sujets. L’une de mes questions était de savoir comment les étudiants handicapés bénéficient d’une éducation inclusive. La réponse était simple : les Nations Unies ont une politique exigeant que chaque pays adopte « l’Éducation pour tous », qui vise à répondre aux besoins éducatifs de tous les peuples.

J’ai également appris d’un jeune leader africain qui partageait les idées de son continent, que l’Union africaine soutient l’éducation des personnes handicapées pour qu’elles apprennent d’une manière inclusive et égale, en s’assurant que personne ne soit laissé pour compte. Ma plus grande leçon est que l’éducation, , le droit et la liberté sont tous liés . Cela m’a motivé à donner plus de valeur à l’éducation, à lutter pour le droit et à être à la quête de la liberté. L’inclusion est pour moi la clé de la réussite et un moyen pour faire avancer le monde. Pour moi, ces trois termes servent de tremplin à ma lutte pour une éducation de qualité pour les personnes handicapées.

J’ai assisté à une discussion de groupe surl’équité, le genre et l’éducation inclusive, une discussion de groupe animée par Nafisa. J’ai été nommé, avec un délégué du Vietnam, pour présenter les résultats de la discussion de groupe au grand public. Cet engagement m’a aidé à faire valoir la question des handicaps et l’importance de l’éducation inclusive auprès du grand public. J’ai souligné l’importance d’une éducation gratuite et de qualité sans discrimination pour les personnes handicapées en Afrique.

Conclusion

Ma participation à cette prestigieuse conférence a été un apprentissage et une expérience. Je suis motivé par le dynamisme des participants pour apporter des changements positifs dans la vie des personnes handicapées grâce à l’éducation inclusive. La mise en œuvre pratique de l’éducation inclusive doit être renforcée afin de relever les divers défis sociaux, économiques et éducatifs dans le monde d’aujourd’hui.

Remerciements

Merci beaucoup à Light for the World, Mme Nafisa Baboo et M. Tsegaye Hordofa pour m’avoir soutenu et pour avoir parrainé ma participation à la conférence. Je remercie Mme Kelemwa Haile, directrice de la RSDA, de m’avoir encouragé à participer à cette conférence. Je suis également très reconnaissant envers mon interprète éthiopien en langue des signes, Dr Eyasu Hailu, qui a été avec moi patiemment lors de cet évènement. Je remercie également Anna Martin pour ses encouragements. Je remercie aussi les organisateurs locaux et internationaux de la CME pour avoir veillé à ce que l’éducation inclusive soit débattue au plus haut niveau.


De gauche à droite – Ismart, Eyasu Hailu (interprète éthiopien en langue des signes, Mme Nafisa Baboo (Light for the World), M. Kumar (CBM India), M. Solomon Shiferaw (délégué éthiopien des personnes sourdes), Mme Debashu (interprète indienne en langue des signes)

 

About Solomon Shiferaw

À propos de Solomon Shiferaw
Solomon Shiferaw a 24 ans, il vient d’Ethiopie. Il enseigne l’éducation civique et éthique aux élèves sourds du lycée Tikur Anbessa à Addis Abeba. Auparavant, il a travaillé pour une ONG locale Rehabilitation Services for the Deaf Association (Services d’insertion de l’association des personnes sourdes, RSDA), basée à Addis-Abeba, en tant qu’enseignant pour les élèves sourds dans une école primaire. Il a obtenu son baccalauréat en éducation civique et éthique en 2017. Après l’obtention de son diplôme, il a eu l’opportunité d’enseigner dans une école secondaire qui est dirigée par le gouvernement. Au cours de ce processus de transition brefs mais importants, il a pris connaissance des besoins éducatifs des enfants sourds, plaidant pour le droit à une éducation de qualité pour les enfants sourds.



Laisser un commentaire