Les coalitions membres de la CME soutiennent les victimes du cyclone IDAI

Le mois dernier, l’un des pires cyclones tropicaux jamais enregistrés s’est abattu sur l’Afrique australe, ravageant le Mozambique, le Zimbabwe et le Malawi et laissant dans son sillage un millier de morts et de nombreux disparus. Une crise humanitaire de grande ampleur a suivi. Les victimes sont encore en train d’essayer de retrouver ce qui reste de leur foyer et de leurs effets personnels, dans un contexte d’inquiétudes sanitaires liées notamment à des rapports récents sur une propagation du choléra et à l’insuffisance générale de l’accès aux services de santé, ainsi que des problèmes d’insécurité alimentaire qui touchent de nombreuses personnes.

Au Mozambique, 263 000 enfants sont privés d’école et plus de 3 300 salles de classe ont été détruites. Au Zimbabwe, ce sont près de 150 écoles qui ont été touchées, affectant autour de 60 000 enfants selon les estimations. Au Malawi, on pense que 200 écoles ont subi des conséquences négatives de cette catastrophe.

Différents acteurs de la société civile, dont des ONG locales et internationales, l’ONU et d’autres gouvernements étrangers unissent leurs efforts pour fournir une aide humanitaire aux victimes du cyclone IDAI. Pourtant, comme l’a récemment indiqué la vice-Secrétaire générale des Nations Unies Amina Mohammed lors d’une réunion spéciale des Nations Unies consacrée au cyclone IDAI au siège de l’organisation le 2 avril, la réponse internationale est encore insuffisamment financée. Le 11 avril, Education Cannot Wait et ses partenaires ont alloué 14 millions de dollars américains pour la remise en état des services d’éducation destinés au total à environ 500 000 enfants et jeunes.  

Au plan national, les coalitions membres de la CME au Mozambique, au Zimbabwe et au Malawi ont contribué à leur manière aux interventions humanitaires, en répondant aux besoins particuliers du secteur éducatif : reconstruction des écoles, collecte de matériel scolaire pour les élèves et les enseignants, et mobilisation de fonds pour les ressources en général.

MOZAMBIQUE

La coalition du Mozambique Movimento de Educação Para Todos (MEPT) a lancé une campagne de soutien au ministère mozambicain de l’Éducation et du Développement humain en réunissant des fournitures scolaires (cahiers, stylos et crayons, règles, taille-crayons et cartables) pour les enfants et les jeunes des provinces de Sofala, Manica et Zambezia. La coalition a encouragé ses membres à se mobiliser autour de cette cause en contactant directement les points focaux du MEPT au niveau provincial pour donner des matériels pédagogiques ; les points focaux, eux, sont appelés à se rapprocher des services éducatifs des provinces. Voici l’affiche diffusée par la coalition (en portugais) qui indique les emplacements des points de collecte nationaux de matériels scolaires.

La campagne de la coalition s’inscrit dans le cadre d’initiatives plus larges élaborées par un groupe d’aide humanitaire créé pour aider les victimes du cyclone IDAI, dont les principaux partenaires sont l’UNICEF et Save the Children. Le groupe se réunit chaque lundi pour définir des actions concrètes à prendre pendant cette période d’urgence. Différentes formes de soutien sont nécessaires, dont la fourniture de matériels de base pour les écoles, les enseignants et les salles de classe ainsi qu’une assistance à la reconstruction des écoles à l’aide de matériaux de construction résistants aux catastrophes naturelles. En outre, MEPT collabore aussi avec d’autres groupes, notamment le groupe de solidarité des OSC au Mozambique appelé « SOS IDAI Sociedade Civil » qui se concentre sur l’obtention de ressources matérielles et financières pour aider les victimes. La coalition participe également au groupe local des partenaires de l’éducation qui est en train d’élaborer un mécanisme de mobilisation des ressources à différents niveaux, ainsi qu’au groupe d’éducation créé par le ministère de l’Éducation afin de rassembler des informations sur le nombre d’établissements scolaires détruits et d’élèves non scolarisés actuellement.

Pour savoir comment contribuer aux initiatives d’aide dirigées ou soutenues par la coalition, contactez MEPT à l’adresse meptinfor@gmail.com et apportez votre soutien sur les réseaux sociaux.

Réunion du groupe SOS IDAI Sociedade Civil pour discuter des prochaines étapes de soutien aux victimes du cyclone IDAI.

ZIMBABWE

Au Zimbabwe, la coalition Education Coalition of Zimbabwe (ECOZI) a organisé la collecte de matériels d’aide aux victimes. Elle a appelé ses membres et ses partenaires à donner un manuel et un stylo afin de pouvoir réunir des matériels pédagogiques pour les élèves et les écoles touchés par la catastrophe. Les contributions en espèces sont également acceptées. Les donations peuvent être déposées à l’adresse suivante : 95 Park Lane, Kenyan Embassy building, Second Floor- North Wing, Harare.

Une évaluation a été entreprise au Zimbabwe par un groupe de parties concernées en vue de déterminer l’ampleur des dégâts causés par le cyclone. Le groupe national de l’éducation, coordonné par Save the Children et auquel participera ECOZI, a lancé un appel de fonds qui a permis d’obtenir un million de dollars de Education Cannot Wait.

Pour savoir comment contribuer aux initiatives d’aide dirigées ou soutenues par la coalition, contactez ECOZI à l’adresse ecozim@gmail.com et apportez votre soutien sur les réseaux sociaux.

MALAWI

Au Malawi, la coalition Civil Society Education Coalition (CSEC) a participé à plusieurs interventions : 1) Amplification des programmes d’alimentation scolaire dans les zones touchées, et examen des problèmes sanitaires ; 2) Fourniture d’abris temporaires (tentes) pour servir de salles de classe pendant que certaines classes tiennent lieu de refuges aux populations affectées ; 3) Évaluations des conséquences des inondations sur l’éducation quant aux répercussions financières de la reconstruction. De plus, la coalition a discuté avec les médias et le gouvernement pour trouver des solutions durables au problème du relogement des victimes des inondations qui sont actuellement hébergées dans des écoles. CSEC propose d’utiliser les salles de classe existantes temporairement, mais il faut qu’à long terme le gouvernement construise des structures et des installations permanentes sur des terrains plus élevés, lesquelles pourraient être utilisées pour d’autres activités hors périodes d’inondations.

Pour savoir comment contribuer aux initiatives d’aide dirigées ou soutenues par la coalition, contactez CSEC à l’adresse secretariat@csecmalawi.org et apportez votre soutien sur les réseaux sociaux.

* Le Secrétariat de la CME souhaite également faire part de sa solidarité aux victimes du cyclone, et invite ses membres à appuyer les initiatives d’aide humanitaire au niveau local ou international. Les conflits et les catastrophes sont de plus en plus déterminants dans les résultats éducationnels. Pendant la Semaine mondiale d’action pour l’éducation 2019 (#SMAE2019) et conformément à son axe stratégique, la CME défendra le droit à l’éducation des personnes qui se battent pour jouir de ce droit dans des situations d’urgence liées au changement climatique. Il s’agit notamment d’enfants et de jeunes dont l’éducation a été interrompue en raison de la destruction des installations éducatives, ou qui se sont trouvés privés d’école parce que la reconstruction des infrastructures éducatives n’a pas été suivie d’effet ou n’a tout simplement pas été planifiée.
Pour les soutenir activement, vous pouvez créer ou signer une pétition ici et faire une donation ici.



Laisser un commentaire