Journée internationale de l’éducation 2020: L’éducation dans les situations d’urgence doit être une priorité mondiale !

Communiqué de presse de la Campagne mondiale pour l’éducation (CME)

Pour de plus amples informations et des demandes d’interviews, veuillez contacter [email protected]/+27 11 447 4111

24 janvier, Johannesburg, Afrique du Sud. Partout dans le monde, l’accès à une éducation publique gratuite, de qualité et inclusive pour tous est refusé à des millions d’enfants, de jeunes et d’adultes en raison de conflits violents, de déplacements forcés, de la crise climatique et de catastrophes naturelles.

Malgré les appels croissants en faveur d’une hausse du financement et du soutien à l’éducation dans les situations d’urgence, l’éducation, avec moins de 3 % du financement total de l’aide humanitaire mondiale, reste le secteur le plus gravement sous-financé dans les situations de crise.

Les élèves et les établissements scolaires sont profondément touchés par les conflits et les catastrophes. On estime que, fin 2018, 70,8 millions de personnes dans le monde avaient été chassées de chez elles par des conflits et des persécutions.  Parmi elles, environ 17 millions étaient des enfants et 30 millions des réfugiés et des apatrides qui peinent à accéder à une éducation de qualité. Parmi les réfugiés, seuls un peu plus de la moitié des enfants en âge de fréquenter l’école primaire sont scolarisés, tandis que moins d’un quart du groupe d’âge concerné est scolarisé dans le secondaire et seulement un pour cent dans l’enseignement supérieur. Parmi les exemples récents, l’éruption volcanique à Manille a obligé 73 000 élèves à fuir la zone d’évacuation, tandis que 78 écoles étaient fermées, et que l’enfer de feu qui ravage le sud-est de l’Australie a touché plus de 140 écoles selon les premières estimations.

Les efforts déployés par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), qui demande aux États membres d’allouer des ressources provenant de dispositions budgétaires spécifiques pour promouvoir l’accessibilité et l’intégration des personnes handicapées, des personnes déplacées, des réfugiés, des rapatriés et des apatrides, constituent un pas dans la bonne direction. Les gouvernements, les organismes régionaux et les institutions sont encouragés à suivre cet exemple et à s’engager réellement à mobiliser des ressources nationales pour financer l’éducation, y compris celle des plus marginalisés.

Refat Sabbah, président de la CME et militant de longue date pour le droit à l’éducation en Palestine, est confronté à cette question au quotidien. « En Palestine, nous vivons chaque jour le problème des déplacements et des restrictions à la liberté de mouvement. Malgré la faible distance à parcourir, les élèves doivent souvent parcourir un long chemin pour atteindre leur école, en évitant les points de contrôle et les routes fermées, et en espérant que l’école soit ouverte. Une réalité qui a des effets psychologiques, sociaux et comportementaux tant sur les apprenants que sur les enseignants. »

La Campagne mondiale pour l’éducation appelle les gouvernements et la communauté internationale à élaborer et à mettre en œuvre des dispositifs-cadres complets garantissant aux personnes déplacées, aux demandeurs d’asile et aux réfugiés le droit à une éducation de qualité partout dans le monde. Il nous faut concevoir des réponses aux besoins éducatifs dans les contextes d’urgence, les mettre en œuvre et assurer un financement suffisant, notamment pour la reconstruction des installations scolaires et l’adaptation des écoles et de l’ensemble des systèmes éducatifs afin de pouvoir répondre aux besoins spécifiques des personnes déplacées et garantir qu’elles ne seront pas laissées pour compte.

L’éducation dans les situations d’urgence doit être une priorité mondiale !

Note aux rédacteurs :

  1. La CME est un mouvement de premier plan de la société civile qui promeut et défend l’éducation en tant que droit humain fondamental. La CME compte plus de 119 membres, dont 90 coalitions nationales de l’éducation, 16 ONG internationales et 13 réseaux régionaux et organisations de jeunesse. La CME plaide pour l’éducation en tant que droit fondamental. La CME définit l’éducation comme le fondement de toutes les formes de développement et comme un catalyseur de la croissance. En tant qu’organisation transnationale, la CME estime que l’éducation est la clé pour assurer une croissance économique durable et équitable, une meilleure santé et le développement social.
  2. La déclaration de la CME pour la Journée de l’éducation est disponible ici.
  3. Les membres du GCE mèneront diverses activités lors de la Journée internationale de l’éducation comme suit:
    La Halley Movement Coalition (Maurice) organisera un atelier de sensibilisation à l’éducation,
    Coalition Education (France) a publié ce document sur l’éducation dans les pays du Sahel,
    Humanity & Inclusion, mènera une campagne de plaidoyer sur les médias sociaux et les médias sur les enfants vivant avec un handicap,
    Educaid (Belgique), mènera une campagne sur les réseaux sociaux lors de l’ODD4 et de la Journée de l’éducation
    Campagne pour l’éducation populaire, CAMPE, (Bangladesh) organisera une discussion interne sur la Journée de l’éducation, publiera un article d’EiE et l’engagement des médias.
    CBM International publiera un article sur EiE,
    La Zambia National Education Coalition, ZANEC (ZAMBIE), organisera des campagnes médiatiques et sur les réseaux sociaux lors de la Journée de l’éducation,
    Colectivo de Educacion para todas y todos de Guatemala, publie une déclaration aux médias et communique avec les médias,
    La Coalition des organisations mauritaniennes pour l’éducation, COMEDUC, (Mauritanie), organisera une session de formation à l’éducation et de sensibilisation à la protection de l’enfance,
    La Coalition Nationale Malgache pour l’Education pour Tous, CONAMEPT, (Madagascar) organisera une conférence de presse,
    Le Réseau du Puntland sur l’éducation pour tous, tiendra un débat sur l’éducation et la session d’apprentissage et d’échange.
Contactez-nous pour plus d’informations.


Laisser un commentaire